Elections : La CENCO propose Joseph Kabila à la présidence de la CENI

Publié le 3 juillet, 20 à 11 h 39 min | Politique

 La conférence épiscopale du Congo propose la candidature de Joseph Kabila à la présidence de la CENI pour mettre fin aux controverses entre les confessions religieuses. 

C’est le célèbre secrétaire général de la CENCO qui l’a annoncé lors d’un point de presse tenu ce 3 juillet 2020 dans un bar récemment rouvert à Kinshasa.

 

Depuis plusieurs semaines, la CENCO s’opposait à la désignation du candidat Ronsard Malonda à la présidence de la CENI, ce dernier ayant eu le rôle de secrétaire exécutif de la CENI au cours de dernières élections controversées de décembre 2018. Jeudi, l’Assemblée nationale a validé sa désignation. La réaction de l’Eglise catholique était attendue, après les menaces du Cardinal Ambongo dans son homélie du 30 juin.

 

« Les évêques se sont réunis en conclave dans lequel ils ont imaginé une solution de consensus pour mettre fin aux querelles entre confessions religieuses, déclare l’Abbé Nshole. C’est candidat est Joseph Kabila qui a plus d’expérience dans l’organisation des fraudes électorales en RDC ». 

 

Pour le secrétaire général de la CENCO, il était temps « de mettre fin à l’hypocrisie et d’être transparent ». Il précise que Joseph Kabila Kabange a toujours été « le vrai patron » de la CENI, et que ce dernier serait « nettement plus familier avec les procédures internes de l’institution que toute autre personne. »

 

Contacté par POLITICARD.CD, le représentant de l’église Kimbanguiste du Congo, le révérend Delphin Elebe Kapalayi, se félicite de cette proposition faite par la CENCO. Il estime qu’il s’agit là d’un retour au bon sens de la part des évêques. « Joseph Kabila est le père de la démocratie, il a organisé trois élections démocratiques dont les résultats ont toujours fini toujours par être acceptés par la communauté internationale » a-t-il affirmé. 

 

Au cours d’une conférence de presse organisée ce matin au bureau du PPRD, le candidat malheureux à la présidentielle de 2018, Emmanuel Ramazani Shadary se dit soulagé par cette candidature consensuelle au vu de la fraude massive enregistrée en 2018. « Avec un homme intègre comme lui à la tête de la CENI, j’ai toutes les chances de gagner la présidentielle en 2023 » a assuré d’un ton triomphaliste, le secrétaire général du parti cher à  Joseph Kabila. 

 

L’ancien gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi, membre à mi-temps de Lamuka, a appelé les fans du TP Mazembe à se mobiliser pour dénoncer “cette sortie de but des pères-évêques”.

 

Fils d'actualités



Nos archives