Nord-Kivu : Guidon Shimiray Mwissa du NDC–Rénové annonce l’intégration des FARDC à sa faction

Publié le 9 juillet, 20 à 14 h 11 min | Politique

Menacé par un coup d’état internet, le chef de guerre Guidon Shimiray Mwissa a réagi promptement et annoncé ce 9 juillet 2020 le ralliement de milliers de FARDC au NDC-Renové, son groupe armé, plus puissant que l’armée congolaise au Nord Kivu. Le chef rebelle et le chef d’Etat major de l’armée congolaise de cette province ont promis une “harmonisation complète” dans les prochains jours. La Monusco a dit ne pas reconnaître la « faction putschiste ».

La nouvelle inédite a fait le tour dans les rangs des acteurs et observateurs de l’insécurité à l’est du pays. En ce 9 juillet 2020, alors qu’un communiqué de son porte-parole proclamait sa destitution, le Général Guidon Shimiray Mwissa a annoncé le « ralliement de la majeure partie des régiments FARDC, prêts à intégrer les rangs du NDC-Rénové afin de stabiliser la province du Nord-Kivu » ravagée des combats violents depuis des années. Le chef de guerre s’est exprimé au cours d’une conférence de presse conjointe avec son homologue au sein des FARDC, retransmise en intégralité sur Facebook et dont les principaux extraits ont été diffusés sur Radio Okapi.

Le Général Guidon Shimiray Mwissa a promis que l’intégration au sein du NDC-Rénové des FARDC et ses unités fréquemment accusées de commettre des exactions contre la population civile allait “changer décisivement” les dynamiques de conflit dans les territoires de Masisi, Lubero, Walikale et Rutshuru. Si le NDC–Rénové contrôlait déjà une bonne partie de ces zones, les FARDC furent pendant longtemps le seul autre belligérant dont les effectifs dépassent encore ceux du NDC-Rénové, toutes factions confondues.

Un « coup de tonnerre » selon la Monusco

Au cours de cette conférence de presse, le Général Guidon Shimiray a donné quelques détails sur les  négociations qui ont permis ce ralliement : « Bien que nous fussions averti que de nombreux acteurs armés dans la région ne cherchent souvent plutôt des rangs et d’autres avantages, l’attitude cordiale et amicale de la part du leadership des FARDC était l’un des éléments prometteurs afin de conclure cet accord ». Pendant la session questions-réponses avec les journalistes locaux présent, le Général Guidon a aussi souligné qu’il n’y aura « pas de jeux politiques ou de coop autour des opportunités juteuses » souvent suspectées de motiver la mobilisation armé dans les Kivus.

Dans un entretien exclusif accordé à POLITICARD.CD, la cheffe de la MONUSCO, Leila Zerrougui,  s’est réjouit tout en précisant qu’il s’agissait d’un vrai « coup de tonnerre, qui permettra de doubler les efforts en matière de restauration de l’autorité étatique ». La représentante spéciale du Secrétaire-Général de l’ONU souligne que la MONUSCO « restera fermement engagé aux côtés des forces loyalistes et se refuse à reconnaître la faction putschiste ».

NDC-R et FARDC promettent « une harmonisation complète »

La société civile se dit « profondément ravi » par cet accord inattendu. Selon Me Omar Kavota du CEPADHO, « le NDC–Rénové a encore une fois démontré son patriotisme et amour pour le peuple congolais ». Contacté par POLITICARD.CD, Julien Paluku Kahongya, ancien Gouverneur et fin connaisseur des dynamiques de violence dans son Nord-Kivu natal, n’a pas raté l’occasion de préciser que cette initiative de paix fut longuement envisagé et a tenu à « remercier toutes les autorités civiles et militaires de la province pour leur engagement infatigable quant à cet exploit diplomatique. »

La mise en œuvre de cet accord étant encore en cours, les responsables du NDC–Rénové et des FARDC ont déjà conjointement à rassurer les populations du Nord-Kivu que « toutes mesures nécessaire pour un bon aboutissement seront entamées incessamment, notamment l’harmonisation complète des uniformes et armements des unités ainsi que l’établissement d’un état-major et de positions militaires commun. » La nouvelle n’a pas tardé à trouver ses échos au niveau international, le porte-parole du Ministère de la Défense rwandais se félicitant d’une « avancée historique vers une région marquée par des partenariats fort, et non plus des tensions entre voisins. »

Fils d'actualités



Nos archives