RDC : « Le tigre pourrait quitter la bergerie » (John Numbi)

Publié le 27 juillet, 20 à 10 h 50 min | Politique

Depuis sa ferme du Haut-Katanga, l’ex-inspecteur général de l’armée John Numbi a fustigé ses amis et ses ennemis de la jungle des FARDC et des partis politiques et menacé de « quitter la bergerie ». Retranché avec de  jeunes tigres et de vieux loups, le faux agneau katangais se confie à POLITICARD.CD autour d’un grand barbecue de crocodile.

Depuis sa ferme localisée à 30 Kilomètres de Lubumbashi, devant un parterre de notables katangais acquis à coups de dollars, le général John Numbi s’est emporté devant un correspondant de POLITICARD.CD contre « une grillade sans pitié organisée au sein de l’armée congolaise en concertation avec les usurpateurs de Limete, sous la pression du véritable premier ministre de la RDC, Monsieur Nzita »

L’ancien inspecteur des FARDC a développé la nature de ses inquiétudes en vociférant : « J’ai perdu mon voisin d’heureuses mémoires Delphin Kahimbi à l’arrivée des sacrificateurs-pacificateurs de Limete et de Walungu. Je ne voudrais pas que cela soit aussi le cas pour les autres, en l’occurrence les petits zèbres et les tigres katangais. Je ne suis pas un agneau à sacrifier, je suis un tigre aux dents de cuivre polies de Kolwezi. Je pourrais quitter ma bergerie ».

Réagissant à ce propos, l’ancien gouverneur du Katanga, Jean-Claude Kazembe, a félicité son hôte et a confirmé l’appui de tous les félins katangais : « Nous en appelons à tous les katangais de préserver notre unité, nous allons voir exceptionnellement Moïse Katumbi Chapwe et nous irons jusqu’à rencontrer le jeune patron du Label Kingakati Prod, Joseph Kabila Kabange, pour diffuser les plus grandes chansons de l’insécurité dans ce pays et barrer la route à la 10 ème rue ».

Du côté de l’UDPS-Kibassa, un cadre non autrement identifié a répliqué avec un ton sec et décisif : « Tout en nous désolidarisant de la démarche aux allures antiques de Jean-Claude Kazembe, nous invitons l’ex-Inspecteur général des FARDC, le tigre John Numbi à se rendre lui-même. Par contre, nous sommes préoccupés par la répression musclée et fatale envers nos militants au cours de notre marche para-violente du 9 juillet 2020 à Lubumbashi qui a bénéficié du concours intellectuel et stratégique de John Numbi ». Cette déclaration a de plus attisé des tensions dans la ville cuprifère entre deux factions pro-Kinshasa et pro-Numbi au point que le gouverneur Kyabula Katwe a dû appeler au calme.

Par ailleurs, Kyungu Mutanga Gédéon, en sa qualité de fan indéfectible du « tigre » John Numbi, s’est à son tour prononcé. Ainsi,  contacté par un correspondant anonyme de POLITICARD.CD basé à Kalemie sur son régime alimentaire, il a confirmé être végétarien depuis déjà deux ans, mais a assuré être prêt « à remettre les couverts pour manger le cœur des agneaux-sacrificateurs de Limete ».

Réagissant aux propos de John Numbi, le conseiller du chef de l’État Fortunat Biselele a souligné que « nous en avons marre de ce général qui ne fait que du tapage nocturne et diurne. Nous allons l’empêcher de massacrer la musique congolaise et d’imposer leurs refrains. Nous avions grandement besoin d’assainir le milieu FARDC. Qu’il reste tranquille, car ce n’est pas fini ».

Quelques heures avant la publication de cet article, la rédaction de POLITICARD.CD a été contactée par le directeur de cabinet ad interim du Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo qui a promis un entretien exclusif dans les prochains jours. Cependant, il s’est dit préoccupé par le feuilleton de contreseings du Premier ministre Ilunga Ilunkamba et la révélation du vol prémédité de son tampon avant de nous confier cette révélation : « Si John Numbi a échappé au barbecue-sacrifice cette fois-ci, le tigre de papier pourrait bien être étouffé par la laine des moutons-béliers ». Ce feuilleton-là aussi  semble bien loin d’être terminé.

Fils d'actualités



Nos archives