RDC60 : Après les excuses du roi des Belges, Tshisekedi décide de faire de Bruxelles « sa capitale politique »

Publié le 30 juin, 20 à 22 h 20 min | International

En marge des festivités de l’indépendance, le président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a annoncé au cours d’un conseil des ministres extraordinaire son intention de faire de Bruxelles sa « capitale politique ».  Selon la présidence, il s’agit d’une « véritable prise de guerre » qui effacerait les humiliations et les crimes subis pendant la colonisation et aujourd’hui reconnu par le roi des Belges. 

Cette décision a été adoptée à l’unanimité par le conseil des ministres qui s’est tenu en urgence ce mardi 30 juin 2020, à la suite des excuses du roi des Belges. C’est le porte porte-parole du gouvernement David-Jolino Makelele qui l’a rendu public promettant un compte rendu définitif d’ici la fin de la semaine : « Le président a levé l’option de transférer sa capitale politique à Bruxelles car cette ville a été construite avec les moyens et ressources issues du sol et sous-sol congolais durant la colonisation », a-t-il déclaré. « 60 ans après, il est urgent que la RDC récupère ses biens et ses ressources partout où ils se trouvent, a souligné le chef de l’Etat. La mention a été adoptée à l’unanimité sans débat par les ministres belgo-congolais présents », a précisé le porte-parole du gouvernement.

Le week-end dernier, le roi Philippe, actuel roi de la Belgique, avait créé la surprise en se disant prêt à accéder à reconnaître les torts de son pays, comme de sa famille, et à accéder à toutes les « demandes légitimes d’une République fille et sœur » sans préciser laquelle, ce qui a entraîné une certaine confusion dans la région des Grands Lacs. « La Belgique a prospéré sur vos souffrances, s’est enrichi à la sueur de vos fronts. Au nom de ma famille et de mon pays, veuillez accepter nos excuses pour le mal du passé. Une nouvelle page de notre histoire commune doit s’ouvrir, basée sur le respect mutuel et la confiance », a-t-il affirmé, laissant les gouvernements de la RDC, du Burundi et du Rwanda et leurs twittosphères se disputer ces excuses. 

POLITICARD.CD a tenté de joindre lundi le Prince Laurent pour une prise de position, mais ce pressenti nouvel ambassadeur de la Belgique en RDC s’est fait excuser « dû à une mission diplomatique d’urgence à Ibiza » par son bureau. C’est à la suite de cet incident que le souverain des Belges s’est retrouvé contraint d’envoyer une lettre à Felix Tshisekedi pour lui expliquer la situation. Le roi Philippe a présenté pour la première fois dans l’histoire du pays « ses plus profonds regrets pour les blessures » infligées lors de la période coloniale belge au Congo.  C’est grâce au travail acharné d’investigation de POLITICARD.CD que cette clarification a été apportée.

Dans les heures qui ont suivi, l’ancien Premier Ministre Adolphe Muzito et actuel coordonnateur de Lamuka dit n’est pas être surpris par cette position du président congolais de vouloir transférer « sa » capitale à Bruxelles : « Cette décision n’a aucune valeur juridique, c’est le résultat de la confiscation de nos institutions par des étrangers. Monsieur Félix Antoine Tshisekedi est un belgicain, sa famille et ses enfants sont des belgicains, il doit être juste lasse de faire les allers-retours et veut avoir une excuse pour écumer les bars de Matonge comme il l’a toujours fait au cours de sa carrière politique ». 

Pour l’ancien premier ministre de Joseph Kabila converti à l’opposition, les membres du cabinet de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo viennent tous de la « diaspora désœuvrée et sans diplôme de Belgique », a-t-il déclaré en marge de la cérémonie du « discours à la Nation du président légitime Martin Fayulu » en ce mardi 30 juin 2020. « C’est une trahison pure et simple des fondements de notre Constitution. Félix Tshisekedi mérite la cour martiale pour sa perfidie. Nous, leaders de Lamuka, sommes de vrais patriotes congolais qui ont su choisir des nationalités plus en conformité avec nos idéaux ». Adolphe Muzito conclut sa communication en menaçant directement les autorités du pays : « On saura se mobiliser et faire échec à cet énième projet de balkanisation – qui vise à dépecer la RDC pour l’intégrer en morceaux à l’Union européenne – comme nous avons fait échec à son plan de mettre notre pays sous-protectorat étasunien. » 

Depuis la publication de cet article il y a cinq minutes, POLITICARD.CD a reçu les appels de l’ancien gouverneur Moïse Katumbi, de l’ancien vice-président Jean-Pierre Bemba et de plusieurs de leurs proches. Ces derniers tiennent à préciser que ces « propos complotistes » ne reflètent en rien leur position, ni même celle de la coalition Lamuka dont ils démentent toujours la dissolution.

Fils d'actualités



Nos archives